Assemblée Saint-Sernin Toulouse en lutte
Accueil du site > Tracts > Tract (28/10/2010) : Contre la réforme... le travail... mais encore (...)

Tract (28/10/2010) : Contre la réforme... le travail... mais encore ?

Diffusé à la manifestation du 28 octobre à Toulouse

vendredi 29 octobre 2010, par louise

Tract recto-verso rédigé par quelques personnes dont certaines participent à l’Assemblée Saint-Sernin. Les idées et questions agitées dans ce tract se retrouvent dans les préoccupations de l’Assemblée lors de diverses discussions. A suivre, donc !

CONTRE LA RÉFORME.... MAIS ENCORE ?

Des millions de personnes sont dans la rue, en grève, en blocage, mais pourquoi donc ? Tout simplement pour NE PAS TRAVAILLER deux ans de plus.

N’y a-t-il pas là de quoi questionner le « travail » ?

Cette question, nous avons enfin l’occasion de nous la poser collectivement, parce que nous nous rencontrons dans la rue, dans les AG, sur les piquets, parce que nous nous arrêtons de travailler, parce que nous prenons le temps.

Enfin, nous prenons le temps d’exprimer notre colère et d’imaginer d’autres résistances.

Et, contrairement à ce que veut faire croire la propagande médiatique, nous ne voulons pas nous arrêter.

On nous parle « d’essoufflement du mouvement » alors que les actions se multiplient et se diversifient, alors que les luttes et les solidarités s’organisent, ici et ailleurs ( Belgique, Allemagne, Brésil, Angleterre, etc. ). On nous parle de travailler toujours plus longtemps, alors qu’en Bolivie l’âge de la retraite vient de passer de 65 à 58 ans.

On nous parle de « mauvais casseurs » et de « bons manifestants », alors que la police se camoufle derrière des autocollants syndicaux !

On nous parle des vieux et des chômeurs qui vivent aux crochets de la société, alors que les rentiers, les financiers, les actionnaires et la classe politique sont nos pires sangsues.

A quand le prochain couplet sur les menaces terroristes, à quand la prochaine grippe ?

Eteignons les télés. Refusons leurs mensonges. La répression passe par les matraques, et par les esprits aussi.

Débordons des cadres imposés qui servent à mieux nous diviser. Organisons-nous collectivement pour nuire encore à ceux qui nous nuisent.

Un rendez-vous est donné à
La Chapelle (36, rue Casanova) à 14h30 Décidons d’y construire la suite, ne lâchons rien.

Décidons d’y construire la suite, ne lâchons rien.

— -

LE TRAVAIL... MAIS ENCORE ?

Nous ne sommes pas résigné-es, quel que soit notre âge, à accepter le salariat intermittent ou à durée indéterminée. Le travail salarié, que l’on nous présente comme incontournable, n’est que le fruit d’un rapport de force qui nous contraint et qui permet ainsi au « Capital » (à ces quelques un-es qui spéculent sur nos vies) de se reproduire et de s’accroître. Et tout ça, ça nous pose problème.

Quelques questions qui nous travaillent :

- Travail, emploi, métier, activité, profession, de quoi parle-t-on ?

- Le travail, est-ce quelque chose qu’on a ou pas, ou bien est-ce ce que nous faisons ?

- Un job de merde payé des miettes, qui en veut ? Se faire trimballer de CAF en pôle emploi, qui aime ça ?

- Comment refuser de participer à la production de marchandises inutiles et nuisibles ?

- Quels emplois et pour quels besoins ? Quels non-emplois et pour quelles envies ?

- Quelles activités nous nuisent ? Lesquelles nous font vivre ? -..d’imaginer d’autres résistances.

1 Message

  • d’accord sur le point de vue sur le salariat

    cependant je voudrais ajouter autre chose:ce que disent les gens qui travaillent dans les boulots jugés de "merde",ce n’est pas suppression de ce travail,c’est respect pour ce travail,respect pour celui qui travaille,respect pour tous quelque soit le travail ;c’est le rapport social au travail manuel qui est accusé ;je trouve dommage que vous n’en parliez pas
    bien à vous

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0